Christian ESTROSI

DEPUTE MAIRE DE NICE
PRESIDENT DE LA METROPOLE NICE COTE D'AZUR

Vendredi 30 Novembre 2012

Nice soutient ses jeunes chercheurs

Christian Estrosi, Député-Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Frédérique Vidal, Président de l’Université Nice Sophia-Antipolis, Véronique Paquis, Adjointe déléguée à l’Environnement, au Développement Durable, à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, Conseillère métropolitaine, Daniel Benchimol, Doyen de la faculté de médecine de l'UNS, Adjoint au Maire de Nice, Conseiller Général, et de Patrick Auberger, Directeur du Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M), ont assisté la restitution des travaux de trois jeunes chercheurs de l’Université de Nice Sophia-Antipolis : Ana Vukolic, Laura Mondragon et Elodie Le Pape qui ont bénéficié du soutien actif de la Ville de Nice afin de mener à bien leurs études.

La ville de Nice et plus largement la Métropole Nice Côte d’Azur visent l’excellence. En accompagnant les chercheurs et jeunes chercheurs dans leur travail, elles favorisent l’innovation et la compétitivité au service du dynamisme du territoire et de son développement économique.

Ainsi, depuis 2009, sous l'impulsion de Christian Estrosi, la ville de Nice a créé un nouveau dispositif de soutien à la recherche. Des allocations individuelles sont attribuées suite à un appel à candidature. Elles permettent à de jeunes chercheurs post-doctorants d’effectuer leurs travaux dans les meilleures conditions dans des laboratoires de l’Université de Nice.

Ce soutien sans faille s’exprime notamment par le biais du Comité Doyen Jean Lépine qui attribue chaque année des subventions aux laboratoires ou du Contrat de projets État-Région en participant au financement de nombreux projets immobiliers liés à la recherche (Archimed, Observatoire de la Côte d'Azur, Canceropole Pasteur…).

Ces 4 dernières années, neuf allocations ont été attribuées à de jeunes chercheurs niçois. Trois d’entre eux ont présenté, de la « promotion » 2011-2012, ont présenté les résultats de leur recherche :

  • Ana Vukolic qui effectue des recherches sur les complications cardiaques liées au diabète ;
  • Laura Mondragon qui travaille sur la mort cellulaire, mécanisme impliqué dans de nombreuses pathologies, notamment cancéreuses;
  • Elodie Le Pape qui travaille sur les cancers de la peau.

L’Université Nice Sophia-Antipolis, une université riche de sa diversité :

Université pluridisciplinaire avec un secteur santé, l’Université Nice Sophia Antipolis est riche de 1300 chercheurs répartis dans 51 laboratoires couvrant tous les grands domaines de recherche, dont 21 UMR (Unités Mixtes de Recherche) et 19 EA (Équipes d’Accueil). Les UMR sont en association avec les principaux établissements nationaux de recherche, le CNRS, l’IRD, l’INRA, l’INRIA, l’INSERM, le CEA. Tous les laboratoires accueillent des doctorants français et étrangers auxquels ils offrent de très bonnes conditions de travail. L’UNS investit dans la recherche fondamentale, à laquelle s’adossent la recherche appliquée et les enseignements.